Bayard ignoré

Bayard ignoré. Une figure européenne de l’humanisme guerrier

Paris 4 – Sorbonne (Centre Rouland Mousnier), UQÀM (GRHG) , Musée de l’Armée, Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (IEGP)

12 et 13 Juin 2017

Musée de l’Armée

129 Rue de Grenelle, 75007 Paris

Auditorium Austerlitz

Affiche du colloque

Programme

Présentation du concert

Bayard, chevalier sans peur et sans reproche, demeure un personnage central de la mémoire européenne des premières Guerres d’Italie. Son histoire reste pourtant encore largement tributaire des deux biographies chevaleresques rédigées dans les années 1520 par Symphorien Champier et Jacques de Mailles, le Loyal Serviteur. Ces œuvres ont fondé l’historiographie du gentil capitaine, qui s’est ensuite fossilisée dans les manuels scolaires de la iiie République. Pierre Terrail représenta une grande figure de l’histoire nationale, aux côtés de Vercingétorix, Charlemagne et Jeanne d’Arc. N’était-il pas la quintessence de cette chevalerie médiévale en train de disparaître devant le développement de l’arme à feu ? L’histoire et la mémoire du célèbre Dauphinois comportent cependant de nombreuses zones d’ombre, et bien des épisodes de sa vie, à commencer par l’adoubement du roi lors de la bataille de Marignan, suscitent encore débats et controverses.

Si la dimension nationale du personnage s’avère en soi intéressante, le colloque « Bayard ignoré » se propose de la transcender par une approche résolument européenne, car Bayard a été aussi célèbre (et parfois décrié) en Italie, en Espagne, en Angleterre et dans l’Empire. Aux côtés de Gonzalve de Cordoue et de Jean de Médicis, il est une des figures les plus médiatisées de l’humanisme guerrier, comme en témoigne sa place de choix dans la littérature de l’époque. Le colloque entend aussi apporter des éclairages neufs sur sa carrière par une relecture attentive de la documentation disponible et la mise en lumière d’objets qui lui sont attribués, comme l’armure du Musée de l’Armée. De nombreux documents demeurent d’ailleurs inédits ou méconnus, en particulier ses lettres et les chansons composées à sa gloire par ses hommes.

Dans cette optique pluridisciplinaire, la rencontre du Musée de l’Armée sera accompagnée d’un spectacle-concert original : « Chanter Bayard, chants et chansons du temps du gentil capitaine ». Dans une mise en scène de Xavier Clion, Thomas Georget, membre de l’ensemble Non Papa, et Simon Gallot, chanteur-instrumentiste, interprèteront pour la première fois depuis cinq siècles des chansons politiques et militaires de la Renaissance.

Comité d’organisation : Benjamin Deruelle, François Lagrange, Laurent Vissière

Comité scientifique : Benjamin Deruelle (UQAM), Sylvie Leluc (Musée de l’Armée), Olivier Renaudeau (Musée de l’Armée), Laurent Vissière (Paris 4), Pascal Bastien (UQAM), Hervé Drévillon (Paris 1)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search