Penser et écrire la guerre


Penser et écrire la guerre

de l’époque moderne à nos jours

Collège militaire royal de Saint-Jean (Canada)

et

Groupe de Recherche en Histoire de la Guerre (GRHG-UQAM)

Lundi 2 mai 2022 au Collège militaire royal de Saint-Jean Mardi 3 mai 2022 à l’UQAM

Appel à communication

Programme


Depuis l’Antiquité, philosophes, historiens ou poètes, civils et soldats, hommes et femmes ont formalisé et transcrit leur sentiment sur la guerre. Très tôt, ils ont souligné ses liens avec l’humanité, ses sociétés et ses cultures dans leurs traités, histoires, poèmes et mémoires. Certains l’ont dénoncé avec ferveurs pour la faire disparaître ; d’autres, la considérant inévitable, ont tenté de la limiter ou d’en limiter les effets ; d’autres encore en ont fait un champ du savoir et ont voulu la réduire en une somme de règles universelles. Tous cependant, la considèrent à la fois comme une expérience physique et culturelle et ont cherché à en saisir la nature ou l’essence. Aujourd’hui, les spécialistes des sciences humaines et sociales – historiens, philosophes, littéraires, politistes, sociologues ou psychanalystes pour ne citer qu’eux –tentent d’expliquer ce phénomène presque universel, de comprendre la manière dont il s’insère dans les sociétés, ainsi que ses conséquences sur leurs membres et leurs structures. Face aux crises internationales actuelles impliquant les États-Unis, la Russie et la Chine, voire la lutte contre le terrorisme armé, ces questionnements ont acquis une pertinence certaine pour les armées et les chercheurs

C’est à la signification sociale et historique et à l’évolution de cette pensée et du geste de sa transcription que cette journée d’étude propose de s’attacher. Car il est bien évident que ce qui pousse les auteurs à réfléchir tout comme les conditions de production, de diffusion et de discussion de leur pensée a connu des évolutions fondamentales depuis l’Antiquité. Les mondialisations successives, de la période antique à la globalisation contemporaine, ont transformé la nature des conflits. Elles ont favorisé l’émergence d’un droit et d’un système de relations internationales et ont accéléré les circulations et les échanges d’hommes, d’œuvres, d’idées et de pratiques. Les médias capables d’accueillir la pensée de la guerre ont changé au rythme des évolutions technologiques qui ont connu une accélération sans précédent avec l’avènement de l’ère du numérique. Alors que la construction d’un champ de la pensée militaire a couru depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne et que l’existence même d’un espace public international de la pensée militaire est encore questionnée pour le XVIIIe siècle, tout un chacun peut aujourd’hui publier sur l’internet instantanément et hors de toute contrainte économique, éditoriale ou scientifique ses propres considérations sur la guerre. Est-ce pourtant à dire que ce champ embrasse tout ce qui s’écrit sur elle ?

Ce colloque propose d’aborder l’histoire de la pensée de la guerre sur la longue durée, depuis le tournant du Moyen Âge à l’époque moderne jusqu’à nos jours, sans

limites ni spatiales, ni disciplinaires. Soucieuse d’apporter un éclairage théorique et pratique aux enjeux posés par l’évolution de la guerre au XXIe siècle dans un monde aux crises interétatiques exacerbées, cette rencontre est cependant l’occasion de proposer des pistes de réflexions spécifiques sur la pensée de la guerre à l’ère des « zones grises » complexifiant l’hybridité des affrontements. Car, contextualisé, historicisé et sociologisé, l’acte même de penser la guerre en révèle beaucoup sur les sociétés qui le voit réalisé. Dans cette opération, il est toutefois nécessaire de distinguer le sens de l’écriture et la réception immédiates des œuvres, de leurs gloses, appropriations et usages plus tardifs. Il s’agira donc d’ériger en herméneutique des textes le rapport entre l’auteur, ou le glossateur, et ses motivations et le poids des enjeux, et des contraintes de son époque – comme les structures sociales ou encore les savoirs et les formes de diffusion disponibles – qui en déterminent la rédaction et le sens depuis son écriture et jusqu’à nos jours.



Important : Le Collège militaire royal de Saint-Jean étant un espace militarisé, une inscription est nécessaire pour assister au colloque le 2 mai.

  • Les inscriptions peuvent se faire par simple courriel adressé à Benjamin Deruelle avant le 15 avril.
  • Il est possible de prendre le dîner sur place à la cafétéria au coût d’une quinzaine de dollars.

A noter également que le schéma vaccinal complet est impératif pour entrer sur le site.



Comité scientifique : Benjamin Deruelle (UQAM), Mourad Djebabla (CMR – St-Jean) et Roch Legault (CMR – St-Jean)

.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search