Justice militaire en Europe occidentale et en Amérique du Nord (14-20s.)

À travers l’analyse de la justice militaire, ce projet interroge les relations complexes et ambiguës qu’entretiennent armées et sociétés civiles. Son originalité tient à son objet, qui, en tant qu’espace et moment de résolution des conflits, éclaire les enjeux sociaux et politiques auxquels les armées sont confrontées : évolutions de leurs missions, essor du droit international ou recours aux compagnies militaires privées. Sa pertinence repose sur le choix raisonné des cas d’études explorés par les collaborateurs, l’adoption d’une méthode et d’outils communs et interdisciplinaires, le jeu des échelles chronologiques, spatiales et humaines, ainsi qu’à ses collaborations concrètes avec les milieux muséaux et professionnels. Il s’inscrit ainsi dans les « initiatives conjointes avec la Défense nationale ».

Le contexte actuel de la guerre en Ukraine, celui de la récente « crise des inconduites » au Canada et plus largement la médiatisation des crimes et des violences sexuelles et raciales commises par des militaires révèlent le manque de perspective historique dans la manière dont ces questions sont abordées. Il est donc urgent de développer une réflexion approfondie sur la place de l’armée dans les sociétés, sur la régulation des violences militaires en temps de paix ou de guerre, qu’elles soient perpétrées contre les civils ou contre d’autres militaires. Il est tout aussi indispensable de saisir les difficultés rencontrées par les armées pour se fondre dans le monde contemporain et affronter les défis pluriels que représentent pour elles l’idée de « guerre propre » ou l’intégration des femmes, des LGBTQ+ et des personnes issues de la diversité.

Comment comprendre les relations entre civils et militaires sans connaître les systèmes de justice dérogatoire responsables de juger les militaires ? Comment envisager les difficultés de l’inclusion, de la diversité et de la lutte contre le racisme, les discriminations et les inconduites sexuelles sans comprendre que la masculinité martiale s’est construite en marge des processus en oeuvre dans la société civile ? Comment saisir le rapport des militaires à la démocratie et à la citoyenneté, sans considérer la façon dont leur statut particulier les place à la fois dans et hors de la société civile ? Comment remédier, enfin, aux lacunes de leur réinsertion dans le monde des civils sans étudier leur difficile retour au statut de justiciable ordinaire ? Voici certaines des questions auxquelles ce projet répondra au travers de l’étude de la manière dont se sont construits des systèmes de justice particuliers dans les armées d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord entre le XIVe et le XXe siècle.

Inscrit dans le renouvellement des études relatives à la violence et à la justice militaires, et ancré dans une approche interdisciplinaire, ce projet éclairera un aspect négligé par la recherche en histoire et en sciences sociales et répondra à une demande sociale qui dépasse le seul cadre militaire. Il bénéficiera à un public très large, du gouvernement à l’université, de l’armée à la société civile. Susceptible d’intéresser l’ensemble des sciences humaines et sociales, il répondra également aux interrogations des autorités politiques et militaires, mais aussi du grand public, plus sensible que jamais aux violences, abus et inconduites commises à l’armée. Ce faisant, ce projet fournira des outils d’analyse pour mieux comprendre et agir contre les problèmes de violence et de discrimination au sein des institutions militaires.



Citer ce billet
Benjamin Deruelle (2023, 30 avril). Justice militaire en Europe occidentale et en Amérique du Nord (14-20s.). Groupe de recherche en histoire de la guerre (GRHG). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p791

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search