Repenser la Première guerre d’Indochine

Rethinking the First Indochina War :

Civil & Colonial Violence

Colloque international du Groupe de Recherche en Histoire de la Guerre (GRHG)

à l’Université du Québec à Montréal

du 13 et 14 octobre 2023

Programme

Affiche

Les pays de l’ancienne Indochine française – le Viêt Nam, le Laos et le Cambodge – ont été au centre de près de cinquante années de guerre au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Les spécialistes ont divisé cette période en trois conflits principaux. Le premier a opposé les Français et les Vietnamiens dirigés par Ho Chi Minh entre 1945 et 1954. Il s’agit d’une lutte coloniale et nationaliste qui s’inscrit dans le cadre de la guerre froide. Le second reprend les efforts armés déployés par les Américains dans les années 1960 pour empêcher Hô Chi Minh et son parti communiste de s’emparer de la moitié inférieure du Viêt Nam, ce qui leur avait été refusé lors du cessez-le-feu négocié à Genève en 1954. Plus connue sous le nom de “guerre du Viêt Nam”, cette guerre a été la plus meurtrière de la guerre froide. La troisième guerre d’Indochine a éclaté entre les communistes eux-mêmes divisés sur le sort de l’Indochine après le retrait américain de la région en 1975. La paix n’est véritablement revenue dans cette région troublée du monde qu’avec la fin de la guerre froide en 1991 et la disparition des Khmers rouges, le régime communiste qui avait tué plus d’un million de Cambodgiens à la fin des années 1970.

De ces trois conflits, la première guerre d’Indochine a toujours été reléguée au second plan. Aux États-Unis, l’écrasante majorité des publications sur les guerres d’Indochine se concentre sur la “guerre américaine” et les actions américaines au Viêt Nam après 1954. Mais même en France, les travaux sur le conflit indochinois sont bien moins nombreux que ceux consacrés à l’autre guerre coloniale du pays, la guerre d’Algérie. La seule véritable exception à cette règle concerne les domaines de l’histoire diplomatique et militaire. Les spécialistes des relations internationales ont profité de l’ouverture de nouvelles sources d’archives pour améliorer considérablement notre compréhension du déclenchement de la guerre totale en Indochine à la fin de 1946, du passage du flambeau anticommuniste des Français aux Américains quelques années plus tard et du soutien apporté par le bloc communiste à Ho Chi Minh. La bataille de Dien Bien Phu en 1954 – où les troupes de Ho Chi Minh ont battu l’armée française dans une guerre conventionnelle – a fait l’objet d’une multitude d’ouvrages. Et à ce jour, les “leçons” de l’expérience française en matière de contre-insurrection pendant la guerre d’Indochine continuent de passionner les spécialistes comme les lecteurs.

Curieusement, peu d’universitaires travaillant sur la première guerre d’Indochine ont suivi le tournant de l’histoire militaire, moins axé sur le champ de bataille et la contre-insurrection que sur la compréhension de la nature même de la guerre dans ses dimensions politiques, sociales, économiques, culturelles et locales. C’est précisément ce que cette conférence cherche à faire : éloigner l’étude de la première guerre d’Indochine de la haute diplomatie et de l’histoire des batailles pour explorer les forces plus profondes à l’œuvre dans des régions spécifiques du Vietnam, du Laos et du Cambodge en temps de guerre, et le faire de manière pluridisciplinaire. Inspirés par les nouvelles tendances dans l’étude de la guerre, les participants à cette conférence internationale de deux jours cherchent à recadrer notre compréhension de la dynamique de la première guerre d’Indochine (1945-54) en explorant deux types spécifiques de violence : coloniale et civile.

Il est largement admis que la guerre française en Indochine a été l’une des guerres de décolonisation les plus violentes du XXe siècle, si ce n’est la plus violente. On a beaucoup écrit sur les batailles opposant les armées françaises et vietnamiennes, de Cao Bang en 1950 à Dien Bien Phu quatre ans plus tard. Cependant, une attention remarquablement faible a été accordée à un éventail plus large de violences coloniales infligées aux civils vietnamiens par les Français : torture, viols, camps de travail forcé, massacres et bombardements. Ce manque de recherche sur la violence coloniale pendant les guerres d’Indochine contraste fortement avec le travail effectué de manière sophistiquée sur cette question pour d’autres guerres de décolonisation dans les empires britannique, hollandais et portugais.

La violence parmi les Vietnamiens est un autre trou noir dans notre compréhension de la première guerre d’Indochine. Des recherches récentes ont montré que pour de nombreux Indochinois, la guerre a été vécue comme un conflit civil autant que comme un conflit colonial. La violence a divisé les familles, les amis et les villages. Elle s’est déroulée selon des lignes ethniques, religieuses et politiques. La guerre civile a éclaté au Viêt Nam, par exemple, avant que les Français ne puissent lancer leur assaut colonial sur l’Indochine à la fin de l’année 1946. En tentant de reconquérir l’Indochine, les Français n’ont fait qu’accroître la violence des conflits civils en essayant d’armer un camp contre l’autre.

En se concentrant sur la question de la violence, nous demandons aux participants de faire deux choses : identifier et décrire un type de violence, puis expliquer sa nature et sa dynamique en s’appuyant sur de nouvelles approches théoriques et comparatives dans l’étude de la guerre. Le premier jour de la conférence, les participants exploreront de différentes manières et pour différentes parties du Vietnam, du Laos et du Cambodge la question de la violence coloniale. La deuxième journée sera consacrée à la question de la guerre civile au Viêt Nam, au Laos et au Cambodge pendant la guerre d’Indochine.

Le colloque se tiendra à l’Université du Québec à Montréal les 13 et 14 octobre 2023, dans la salle des Boiseries. Les interventions se feront en français et en anglais.

Pour toutes les questions contacter :

Christopher Goscha

Département d’histoire

Université du Québec à Montréal

Comité scientifique :

Comité d’organisation : Christopher Goscha (UQAM) et

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est sshrc-fip-full-color-fra-500x60.jpg.



Citer ce billet
Benjamin Deruelle (2023, 15 juin). Repenser la Première guerre d’Indochine. Groupe de recherche en histoire de la guerre (GRHG). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p792

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search