Lauréat.e.s du Prix d’Études sur la guerre et le fait militaire

Le Prix d’Études sur la guerre et le fait militaire a été créé par le GRHG afin de récompenser le travail et l’excellence de la recherche jeune chercheurs en histoire de la guerre et du fait militaire dans le domaine francophone. Chaque année, une bourse de 1 000$ est octroyée à un mémoire de maîtrise qui contribue significativement, par la qualité de la recherche et l’originalité du propos, à l’avancement des savoirs historiques. Une bourse d’un montant de 500$ est aussi octroyée au deuxième meilleur mémoire. Cette troisième édition a suscité la candidature d’une demi-douzaine de mémoires en provenance du Québec, de France et de Belgique, tous d’un niveau très élevé, confirmant s’il en était besoin le dynamisme et la valeur de la relève étudiante dans ce domaine d’étude.

Le 1er prix du mémoire de l’édition 2023 du Prix de Maîtrise / Master d’Études sur la guerre et le fait militaire, d’un montant de 1000 $, a été remis à Thomas Eyraud pour son mémoire intitulé : « We’re comparing apples and oranges! » : Excuses, réparations et concurrences des mémoires après la Seconde Guerre mondiale. La campagne des anciens combattants canadiens prisonniers de guerre au Japon (1984-1998), réalisé sous la direction des professeurs Jonas Campion (Université du Québec à Trois-Rivières) et Marc Bergère (Université Rennes 2).

Le remarquable mémoire de Thomas Eyraud explore la campagne de réparation menée dans les années 1980 et 1990 par les anciens combattants canadiens prisonniers de guerre au Japon lors de la Seconde Guerre mondiale ainsi que la mémoire qui est rattachée à ces évènements. Entre les années 1980 et 1990, les anciens combattants canadiens ont en effet fait campagne auprès du gouvernement japonais pour obtenir excuses et compensations pour les travaux forcés exécutés durant leur internement.

Ce qui fait l’originalité de l’étude de Thomas Eyraud est son exploration du phénomène des concurrences de mémoire et des victimes : en effet, en plus d’analyser les stratégies politiques et médiatiques mobilisées par les vétérans canadiens dans le cadre de la campagne, il démontre que cette campagne se déroule en parallèle et en interaction avec les demandes de réparation des Canadiens-japonais internés au Canada durant la Seconde Guerre mondiale. Enfin, Thomas Eyraud conlut que la campagne s’est soldée par une demi-victoire : les vétérans n’obtiennent que des excuses informelles du gouvernement japonais et la seule compensation financière reçue provient du gouvernement canadien. Cependant, la campagne aura permis de diffuser les mémoires des anciens combattants auprès de la population canadienne.

Le comité pédagogique a été impressionné par la fine analyse du large corpus de sources mobilisé par ce mémoire, notamment l’exploitation des sources associatives. Il faut souligner l’excellent travail sur les concepts, particulièrement celui des concurrences de mémoire qui est utilisé de manière nuancée et efficace. Enfin, le comité pédagogique tient à souligner la grande qualité globale du mémoire de Thomas Eyraud, tant par son originalité que par sa rédaction convaincante. Il s’agit sans aucun doute d’une importante contribution à l’historiographie de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale au Canada et plus largement du phénomène de concurrence mémorielle aux périodes contemporaines.

Le 2ème prix de l’édition 2023 du Prix de Maîtrise / Master d’Études sur la guerre et le fait militaire, d’un montant de 500 $, a été attribué à Florence Bilodeau-Mercier, récemment diplômée à la maîtrise au département d’histoire de l’UQAM sous la direction de la professeure Marie-Adeline Le Guennec.

L’excellent mémoire de Florence Bilodeau-Mercier est intitulé Les esclaves combattants : une innovation nécessaire pour l’armée romaine républicaine (IIIe-Ier s. av. J.-C.) ?  Ce travail de recherche a porté sur les rôles militaires assignés aux esclaves durant les derniers siècles de la République et les changements provoqués par leur enrôlement tant dans l’armée qu’au sein des institutions et la société romaines.  L’auteure se questionne en particulier sur les modalités du recrutement d’esclaves dans l’armée pour combattre alors que le service des armes est réservé aux hommes libres et plus précisément aux citoyens romains.

Ce mémoire s’inscrit à la croisée de l’histoire militaire, sociale, politique et institutionnelle et s’appuie sur un riche corpus de sources littéraires, émanant de différents auteurs anciens (romains comme grecs), tels que Tite Live, Appien d’Alexandrie, Plutarque et Polybe etc. Appuyant sa réflexion sur un traitement précis et rigoureux de ce corpus, Florence Bilodeau-Mercier a démontré avec pertinence que la République romaine, alors en butte à des crises internes et externes, a cherché des stratégies en vue de gérer ces crises. L’enrôlement d’esclaves, combattant aux côtés des citoyens romaines et des hommes libres, constitue dès lors une de ces manifestations de la volonté de Rome de s’adapter à ces crises voire de les juguler.

En définitive, le travail de Florence Bilodeau-Mercier propose une analyse pertinente et originale d’un aspect peu connu de l’esclavage antique. Il apporte aussi un enrichissement remarqué à l’imposante historiographie consacrée aux études militaires de la période romaine.



Citer ce billet
thomasvennes (2023, 31 octobre). Lauréat.e.s du Prix d’Études sur la guerre et le fait militaire. Groupe de recherche en histoire de la guerre (GRHG). Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p79d

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search