RUINES

Ruines de guerre, les usages politiques et sociaux des ruines de guerre entre résilience, commémoration et patrimoine. (accès au site RUINES)

Le projet RUINES est conduit par le professeur Stéphane Michonneau de l’Université de Lille. Il propose d’analyser l’évolution des usages politiques et sociaux des ruines de guerre du XVIe siècle à nos jours, comme moteur et symptôme d’un régime d’historicité caractérisé par la construction d’événements guerriers en repères d’une contemporanéité essentiellement catastrophique et traumatique. L’hypothèse centrale est que la relation qu’établissent les sociétés aux vestiges de guerre dit quelque chose de leur mode de relation au passé. Partout en Europe, les ruines ne précèdent pas l’expression d’un traumatisme intériorisé mais en rendent possible la formulation et en balisent les modalités d’expression. L’originalité de cette approche réside dans sa focalisation sur des cas à grande ou moyenne échelle qui permet de saisir finement l’impact des ruines sur la vie quotidienne, la multiplicité des usages, notamment politiques et les politiques de patrimonialisation mis en œuvre autour de ces objets. L’étude permettra in fine de mesurer la valeur heuristique de la notion de « paysage de guerre » avancée, entre autres, par Annette Becker. Ce projet s’inscrit donc prioritairement dans l’axe B8/5 de l’Agence Nationale pour la Recherche (France), « Cultures, création, patrimoines » au sens où il se donne pour objectif de comprendre les enjeux politiques, sociaux et culturels des ruines entendues comme objet patrimonialisables (ou pas). Le projet ressortit secondairement de l’axe B7/4, « Traitement des contenus multimédias », car il contribue à poser des jalons de réflexion épistémologique et méthodologique par la mise en valeur de certains sites de ruines de guerre à partir d’outils numériques et par l’étude de son impact sur les pratiques culturelles ou des dispositifs de la restitution de la recherche. Ainsi, le projet s’inscrit délibérément dans la perspective d’une politique de développement local et de modélisation de la politique patrimoniale (Orientation 30 du SNS).

Ce projet propose des outils numériques innovants telles qu’une base de données relationnelles, une interface web pour la recherche et le grand public, ainsi qu’une application smartphone et tablette (Ici/Avant). Il s’organise autour de 4 axes de recherche – la question du vécu quotidien des ruines (axe 1), les usages politiques et de la reconstruction (axe 2), la patrimonialisation des ruines et le tourisme de guerre (axe 3), les humanités numériques (axe 4) – qui placent le comparatisme au fondement de sa démarche afin d’évaluer la part du local dans les rapports sociaux aux ruines. Il s’agit enfin d’évaluer une internationalisation des mémoires et l’émergence d’une culture européenne de la paix.

Ce projet repose sur la collaboration de quatre laboratoires – l’UMR IRHIS (Lille), l’EA HisTeMé (ex-CRHQ) (Caen), l’UMR LARHRA (Grenoble) et l’EA CRIHAM (Poitiers-Limoges) – et du Groupe de Recherche en Histoire de la Guerre (GRHG). Il associe de plus l’École du Louvre, le Centre de la Mémoire d’Oradour sur Glane et le Mémorial de Caen, et s’appuie sur un réseau de recherche international composé d’une trentaine experts de plusieurs disciplines confondues.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search