Lauréates du Prix d’Études sur la guerre et le fait militaire

Le Prix d’Études sur la guerre et le fait militaire a été créé par le GRHG afin de récompenser le travail et l’excellence de la recherche jeune chercheurs en histoire de la guerre et du fait militaire dans le domaine francophone. Chaque année, une bourse de 1 000$ est octroyée à un mémoire de maîtrise qui contribue significativement, par la qualité de la recherche et l’originalité du propos, à l’avancement des savoirs historiques. Cette première édition a suscité la candidature d’une douzaine de mémoires en provenance du Québec, de France et de Belgique, tous d’un niveau très élevé, confirmant s’il en était besoin le dynamisme et la valeur de la relève étudiante dans ce domaine d’étude.

Premier prix : Vicky Laprade (M.A. en histoire, UQÀM) pour son mémoire de maîtrise  « Dress Suitably and Buy a Revolver » : femmes et rébellion, Irlande 1900-1916.

Le mémoire de Vicky Laprade porte sur la place des femmes dans le soulèvement indépendantiste de l’Irlande connue sous le nom de Pâques sanglantes. Au moyen d’une enquête prosopographique rigoureuse, ce mémoire fait le portrait de 150 femmes impliquées dans ce soulèvement, afin de faire état de leur participation dans la vie politique irlandaise. Les conclusions de madame Laprade nous portent à réfléchir de façon plus large à la participation des femmes dans les mouvements insurrectionnels et révolutionnaires, aux enjeux de genre qui s’y rattachent et à leurs conséquences sur la condition féminine à la suite des événements.

Deuxième prix : Effie Chinaud-Robert (M.A. en histoire, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) pour son mémoire de maîtrise  Le temps retrouvé des carabiniers : première étude de la culture de guerre du Royal-Carabinier (1693-1715).

Ce mémoire fait preuve d’une excellente maîtrise d’un sujet encore peu exploré, l’étude de la « culture de guerre » de la microsociété militaire qu’a été le Royal Carabinier sous le règne de Louis XIV. Soutenu par une ambition maîtrisée et convaincante d’histoire « totale », ce mémoire se situe à la confluence de l’histoire militaire, de l’histoire culturelle, de l’anthropologie, de l’histoire des représentations, des pratiques et des savoir-faire, ainsi que de l’histoire économique, politique, institutionnelle. Ses conclusions permettent ainsi de comprendre comment cette microsociété s’articule entre la culture militaire préexistante de l’ancien régime et le développement de ses propres traits identitaires, de son imaginaire et de sa mémoire spécifique.



Citer ce billet
thomasvennes (2021, 28 octobre). Lauréates du Prix d’Études sur la guerre et le fait militaire. Groupe de recherche en histoire de la guerre (GRHG). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p78g

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search